Pourquoi je fais de l’hyperphagie ?

Ce texte l’aurait supprimé, recommencé, supprimé à nouveau, recommencé. Bref. Ça a dû être difficile de sortir. Mais d’une part, je voulais m’expliquer ce genre d’absence qui se produit depuis janvier. Et surtout, je voulais vous parler de mon trouble alimentaire encore si inconnu, le trouble de l’alimentation frénétique . À moins d’être inquiet ou de travailler dans le domaine de la santé, je suppose que vous n’en avez jamais entendu parler. Moi non plus, jusqu’à il y a quelques mois. Cependant, cela fait 10 ans que j’en souffre.

Je ne sais pas comment l’an dernier j’ai trouvé le témoignage d’une jeune femme de mon âge sur le site de l’Express et j’ai eu l’impression qu’elle décrivait ma vie là-bas. Manger compulsivement sans vomir, à plusieurs reprises, presque tous les jours, parfois plusieurs fois par jour, suivis de périodes de restriction plus ou moins longues. J’ai finalement découvert que je n’étais peut-être pas une gourmande désespérée et désespérée, sans volonté, obsédée par la nourriture, mais que je pouvais être très malade et avoir un trouble de la frénésie alimentaire. Et depuis, j’ai refusé de rester dans cet état et j’ai pris la décision de prendre soin de moi et de sortir de là. Depuis janvier, j’ai été diagnostiqué et suivi par des professionnels:) Je travaille sur tout cela et cela prend du temps. C’est pourquoi je suis ici avec des lignes pointillées et c’est pourquoi j’étais un peu content de mon travail et que mon temps libre n’était pas utilisé pour vous proposer de nouvelles recettes personnelles.

A découvrir également : Zoom sur la conservation d’aliment sous vide

Je voulais vous parler de tout cela, pas parce que je me sens extrêmement coupable de cette absence. J’en avais besoin. Mais surtout pour signaler. J’ai l’impression que si j’avais entendu parler de ce TDA (trouble de l’alimentation) plus tôt, J’aurais pu prendre la décision avant de le dire à mes proches et ne pas me laisser seule dans mon sentiment de honte et de souffrance. Qui sait, peut-être que je peux aider certains ou certains à travers cet article.

Qu’est-ce que l’hyperphagie ?

Je ne suis pas médecin, donc je vais vous parler de ce trouble à travers le résultat de mes recherches, mais surtout par ma propre expérience, mais ce trouble se présente de différentes manières selon les individus. Alors ne prenez pas pour dernière et seule vérité ce que je peux vous dire:) Si vous êtes inquiet je vous invite à consulter un professionnel. De nombreux spécialistes sont à votre disposition sur le site du G.R.O.S

A découvrir également : Quelle application pour apprendre l'arabe gratuitement ?

Les crises de boulimie sont, tout d’abord, des épisodes récurrents de frénésie alimentaire. Une crise de frénésie répond aux 2 caractéristiques suivantes :

1) Absorption, en peu de temps (moins de 2 heures), d’une quantité de nourriture beaucoup plus élevée que la plupart les gens mangent au même moment et dans les mêmes circonstances.

2) C’est aussi un sentiment de perte de contrôle sur le comportement alimentaire pendant la crise (pour ma part, je me souvenais à peine de ce qui s’est passé pendant mes crises, si j’étais devant la télé, je ne me souvenais de rien, je ne me souvenais pas des quantités de nourriture consommées, je passais en mode « pilote automatique »).

B. Au cours de la frénésie alimentaire, au moins trois des critères non témoins suivants sont présents :

1) Beaucoup plus rapide que la prise alimentaire normale.

2) L’individu mange jusqu’à l’apparition de sensations de distension abdominale inconfortable.

3) Absorption de grandes quantités de nourriture sans sensation physique de faim.

4) Apport d’aliments solitaires pour cacher les quantités consommées aux autres.

5) Sentiment de dégoût de soi, de dépression ou de grande culpabilité après avoir mangé.

C. Le comportement boulimique est une source souffrance marquée (peut aller jusqu’aux impulsions de la mort).

D. Le comportement boulimique survient en moyenne au moins deux fois par semaine sur une période de 6 mois. Le comportement boulimique n’est pas associé à des comportements compensatoires inappropriés

E. (par exemple vomissements, prise de laxatifs, exercice physique intensif), ne survient pas pendant l’anorexie mentale ou la boulimie.

Mon histoire

Pour moi, tout a commencé par une période d’anorexie après la dépression. Je suis descendu à 42 kg par 1m71. Puis je suis lentement retournée sur le chemin de la vie et l’une des choses qui m’a beaucoup aidée était le goût des bonbons que je n’avais pas touchés depuis si longtemps mais que j’aimais, et dont j’ai rapidement abusé un peu en période de stress. Jusqu’à ce que ça devienne une habitude de se calmer. Au début, cela rassurait les gens de voir qu’ils mangeaient de plus en plus de tout. Puis, rapidement, j’ai gagné un un peu plus de poids qu’auparavant. J’ai commencé à penser un peu à mon poids.

Personnellement, je me sentais bien, j’ai senti que j’avais besoin de ce confort et je ne me sentais pas particulièrement mal dans mon corps, mais suite à des commentaires insistants, j’ai commencé mon premier régime . Le fameux régime Dukan Efficace ! Mais pas pour longtemps, j’ai tout ramassé très rapidement, et même plus encore. Ensuite, j’ai poursuivi cette alternance de régimes et de prise de poids due aux crises d’hyperphagie qui commençaient à apparaître et devenaient de plus en plus nombreuses jusqu’à ce que je pèse un peu plus de 90 kg et que je pénètre dans la boîte IMC « obèse ».

Pour me faire une idée, d’ une journée type avec des crises que je pourrais faire (d’après mon livre alimentaire au début du suivi) : J’ai pris un (très) bon petit déjeuner : 3 gaufres de Liège et jus de fruits, petite collation le matin, mais pas plus,3 carrés de chocolat noir, à midi, j’ai mangé un bon repas 1 bagel au houmous et 1 un avocat, une salade de tomates et un steak de légumes puis 2 heures plus tard, seul à la maison, j’ai interrompu mon travail à cause d’une crise pointant vers le bout de son nez, je mange 1 paquet de Pringles, 1/2 pizza et 6 chocos. Tu ne peux pas bouger pendant 45 minutes ou tu vas vomir. Le soir, je n’avais pas faim, mais je n’allais pas me priver d’un repas qui m’occuperait un peu les mains et l’esprit de ne pas penser à autre chose. Je mange un grand bol de salade avec deux œufs et du pain.

Parfois, je me demande comment j’ai pu prendre « si peu » de poids en avalant tout presque tous les jours.

Donc, inévitablement, lorsque vous perdez toute maîtrise de soi comme cela, lorsque vous infligez une telle souffrance en mangeant plus que ce qui est tolérable sans vous vider pour garder en vous cette crise, cette souffrance, et quand vous vous voyez grossir pour nos bêtises, nous nous en voulons Un cercle vicieux .

Chaque crise est suivie d’une bonne session de auto-flagellation . Tu ne comprends pas pourquoi tu te fais si mal. Il n’y a plus de plaisir à manger dans de telles quantités, et surtout si rapidement. Alors pourquoi ? Nous trouvons cela incompréhensible, alors nous nous fâchons contre nous-mêmes. On m’a demandé de ne pas avoir moins de contrôle sur moi même dans ces moments-là et de passer en mode « robot surround ».

Cette frustration a systématiquement conduit à une restriction de l’alimentation : « Allez, demain c’est fini, je me reprends la main », ce qui génère des frustrations qui à leur tour génèrent de nouvelles crises. C’est un véritable cercle vicieux . J’en suis venu au point qu’il n’y a pas grand-chose à faire pour ce type de crise presque tous les jours. Ou même plusieurs fois par jour. J’étais profondément désespérée et en colère à propos de mon manque de contrôle et de ma volonté de m’en sortir.

« Tu n’as tout simplement pas la volonté… » Lorsque vous combattez un peu votre poids et que vous écoutez les gens, la solution est simple. « Mais pourquoi Ne résistes-tu pas au lieu de te sucer ? N’achetez pas de mauvais aliments et c’est tout ! C’est ce que je fais pour moi et cela fonctionne. » C’est très facile quand on entretient une relation saine avec la nourriture. J’ai une relation saine, je sais de quoi je parle. Il est simple de résister au désir d’indulgence. Combattre vos angoisses, lorsque vous êtes coincé dans ce type de TCA, est une autre histoire. J’ai pu à plusieurs reprises sortir du lit et partir à 11 heures du soir à la recherche d’un magasin ouvert où je pourrais trouver quelque chose à « crier ». Cela signifie que si ces désirs sont irrépressibles…

Je ne peux pas vous dire pourquoi, mais il y a deux ans, j’ai eu une énorme explosion de vie. Une envie de changer tout ce qui ne m’a pas fait plaisir. Je crois que je voulais m’en sortir comme ça. Cela m’a permis de rencontrer une personne formidable, différente de toutes les autres, qui a su voir au-delà de la prise de poids, mon caractère stressé et qui ne l’a pas fait jugé. Finalement, j’ai réussi à me dire que cela allait peut-être au-delà d’un simple souci d’excès de gourmandise. J’ai ouvert mon esprit à la possibilité que je n’étais pas entièrement responsable de tout cela. C’est probablement ce qui m’a fait découvrir l’hyperphagie Prenez le long chemin vers la guérison à ce moment-là de ma vie, d’ailleurs.

Je me suis rendu compte que cette fois, je ne serais pas laissée seule, en me sauvant tout et que mon corps essayait de me transmettre ce message. Comme s’il me montrait physiquement le poids du fardeau que je porte en interne, qui augmentait à mesure que je gardais tout pour moi.

J’ai réalisé aujourd’hui que j’étais malade. Je suis suivi depuis 9 mois par un psychologue et un nutritionniste et si le chemin est trop long, j’ai l’impression que les progrès sont là. Je n’ai pas connu de véritable crise depuis trois mois. J’ai finalement compris que ce n’était pas être mince qui me rendait heureuse, mais que m’accepter telle que je suis me rendait heureuse, peut-être perdrait poids. Je maîtrise doucement qui je suis, je m’affirme doucement et je commence également à mieux vivre mon corps actuel alors que je le détestais autant que possible auparavant. Je commence à perdre du poids très lentement, mais ce n’est pas la chose la plus importante. Je suis sur la voie d’une relation plus sereine avec la nourriture, et rien de plus n’a pas de prix !

C’est un chemin très difficile, regarder en face ce qui nous fait mal et que nous essayons de cacher depuis si longtemps n’est pas facile, mais qu’est-ce qui permet d’économiser !

Donc, si vous vous reconnaissez dans mon témoignage. Si manger est devenu compliqué pour vous, vous le faites pour compenser vos émotions par un sentiment de perte totale de contrôle sur celui-ci et cela vous fait énormément souffrir. Sachez que vous n’êtes pas incapable, vous ne manquez pas de courage ou de volonté comme nous l’avons certainement déjà dit souvent. Vous aurez peut-être besoin d’aide pour combattre ce trouble de la nourriture, alors n’hésitez pas à demander de l’aide. Peut-être commencer par parler à quelqu’un en qui vous avez confiance ? Ou si vous ne vous sentez pas capable de le faire, sachez qu’il existe des groupes d’entraide sur Facebook en particulier qui peuvent être un premier pas vers une plus grande sérénité à ce sujet. Ensuite, la deuxième fois, je ne vous conseillerai jamais assez de vous entourer de bons professionnels qui seront la clé pour vous pousser à aller plus loin dans votre démarche.

Désolé pour ce trottoir, mais j’espère qu’il pourra aider certains d’entre eux, et qu’il aidera certains de ceux qui ne s’en soucient pas à juger peut-être un peu moins précipitamment et durement les « gros ». J’espère que dans les prochaines années, nous aurons un peu plus de couverture médiatique autour de cet ATT:)

ARTICLES LIÉS