Quel est l’âge limite pour immigrer au Canada ?

Avez-vous besoin d’un âge pour émigrer ?

Ecrit par : Caine 5-10 à 14 h 55

A lire aussi : Comment est fabriqué le papier toilette ?

Cette application s’adresse surtout aux personnes déjà installées au Québec.

Quel est le meilleur âge pour immigrer ? Un couple de 40 ans avec deux enfants à charge peut-il s’installer et trouver du travail facilement ?

A lire en complément : Comment apprendre à parler arabe rapidement ?

L’âge n’est-il pas un obstacle pour les employeurs ?

Quels sont les critères privilégiés pour trouver rapidement un emploi ?

————————

Écrit par : schumarette 5-10 à 17:42

Bonjour,

En ce qui concerne les employeurs, l’âge n’est en aucun cas un critère défavorable : le patron ne se soucie pas que vous ayez 25 ou 45 ans, l’essentiel est que vous ayez l’expérience, la capacité de travailler et que vous répondiez aux conditions que vous recherchez.

J’ai 43 ans, je suis ici depuis deux ans et en aucun cas mon âge ne m’a causé de problèmes, de même pour mon mari qui a 48 ans et qui vient de changer de travail !

————————

Écrit par : phil64qc 5-10 à 17 h 53

Bonjour,

Je vous dirais qu’émigrer 40/45 est un peu la limite. Le problème n’est pas votre âge réel, mais à ce stade de votre vie, vous avez de grands enfants et c’est moins facile qu’avec les plus petits, vous avez probablement un bon travail bien rémunéré auquel vous aurez du mal à abandonner pour obtenir la même chose ici, Il est beaucoup plus difficile de partir de zéro ou près de cet âge qu’à 25 ou 30 ans. Je pense donc que pendant les années à aider, on a moins d’esprit d’aventure et de sacrifice que lorsque l’on est plein d’ardeur et d’insouciance Mais tout est possible, c’est une question de volonté !

————————

Écrit par : Cocci Croyeux 6-10 à 17 h 31

Bonjour Caine,

Je ne suis pas encore au Québec, mais ma petite famille répond aux critères que vous me donnez. Ainsi, comme le dit Schumarette, et qui m’ont été confirmés par d’autres sources, l’âge n’est pas un critère dans le monde la main d’œuvre au Québec.

De plus, je tiens à rappeler à phil64qc qu’il y a de plus en plus de « quadra », dont j’appartiens, qui ont de jeunes enfants (5 et 2 ans pour les miens).

Et puis l’immigration est un choix qui évolue lentement (surtout avec les délais de traitement des dossiers) et c’est le résultat d’une réflexion sur un choix de style de vie pour soi et pour votre famille.

Et pour cela, il n’y a pas d’âge !

————————

Écrit par : iqualit 6-10 à 17:31

tout cela est vrai, cependant, au cours de vos quarante années, nous avons déjà une expérience professionnelle et si la retraite est toujours autour de 60/65, nous en avons encore une bonne vingtaine… Bref, nous sommes au milieu, pleins et nous atteignons 40, nous recommençons au niveau professionnel, ce n’est pas le chef du Québec qui va s’en plaindre. Sauf qu’il vous paiera en tant que personne qui sort du cégep et qui fait le même travail que vous… Eh bien… (À droite) tu feras le même travail qu’elle. Ce côté est un peu frustrant, donc vous pouvez également être averti à ce sujet et le faire en toute connaissance de cause. Puisque la règle du « premier arrivé, premier servi » est la norme au Canada, il faudra attendre… comme les autres (ceux qui quittent le cégep ou qui ont vingt ans…) pour obtenir une juste récompense… Toute une philosophie de vie

————————

Écrit par : oscar1946 7-10 à 21 h 55

Bonjour

Je n’ai pas de statistiques sur l’âge des immigrants, donc je vais simplement parler de moi. J’ai immigré au Québec il y a 2 ans avec ma femme et mes 2 enfants âgés de 21 et 18 ans. J’avais 56 ans et depuis le 4 octobre j’ai 58 ans. Je ne me sens pas du tout diminué et je suis dans la course comme tout le monde. Je maintiens ma condition physique et mentale pour ne pas être démodée. J’ai suffisamment de ressources et d’expérience, ainsi qu’une bonne capacité d’adaptation aux situation. Je pense que je peux encore être utile pendant quinze ans. Les 40 ans ont donc environ trente ans pour faire leurs preuves.

————————

Écrit par : SoniaUSA 14-10 @12:19

Waouh, c’est cruel !.. Je ne pense pas qu’un enfant de 40 ans soit complètement « hors de la boucle ». Regardez Sharon Stone et Madonna, elles ne vont pas trop mal pour avoir dépassé les 40 ans ! Il y a des personnes dans la vingtaine qui sont en pire forme que les personnes dans la quarantaine ! 40 à 45 ans, c’est encore un âge où l’on peut s’adapter et faire beaucoup de choses.

L’âge n’est pas le seul critère de sélection, rappelons-le. D’autres facteurs sont pris en compte lors de la sélection : qualifications, expérience professionnelle, connaissances linguistiques, situation financière, état de santé, etc. Il est certain qu’après l’âge de la retraite, il y a une forte probabilité d’être automatiquement disqualifié ! Sauf si vous êtes un Rockefeller ou un Rotschild, avec BEAUCOUP $$$$

Être assez âgé pour concevoir n’est pas forcément une obligation ! Un couple dans la quarantaine qui a des enfants de 15 à 20 ans, par exemple, présente un gros avantage : leurs enfants ont déjà ou presque l’âge requis pour travailler et sont de futurs contribuables potentiels. Cela ne dérange plus le gouvernement de subventionner des années d’éducation et d’assurance maladie aux personnes en âge de produire et d’indépendance économique.

————————

Écrit par : ghislaine51 15-10 à 7 h 33

Bonjour à tous, je voudrais répondre à Oscar : J’ai lu que vous avez immigré environ 56 ans, nous, mon mari et moi avons 57 et 53 ans respectivement et nous voulons immigrer. problèmes ? parce que beaucoup de gens disent que c’est pratiquement impossible à cet âge, mais nous le voulons vraiment, et nous revenons tout juste d’un voyage au Québec, et des Québécois de race pure nous ont dit que ce n’était pas un critère d’élimination. Merci pour votre réponse

. ————————

Rédigé par : oscar1946 17-10 à 22:34

Bonjour Ghislaine,

Pour ne parler que de mon expérience avec ma femme et mes deux petits-enfants, je dirais qu’avant de venir au Québec, nous avions une grande appréhension en raison de notre âge. Dans nos sociétés, en France ou en Algérie, l’âge est un obstacle psychologique difficile à surmonter. Historiquement et culturellement, à 55 ans, nous sommes au bout du compte rendu et nous devons sérieusement commencer à préparer leur départ et faire de la place aux jeunes. À 20 ans, je considérais même une personne de quarante ans et plus encore une personne de 40 ans comme des personnes très, très âgées. Aujourd’hui, je suis presque sexagénaire et je ne me considère pas du tout comme un vieil homme. Et ce qui me rassure encore plus, c’est qu’ici, au Québec, les gens sont loin de me considérer comme quelqu’un de « sorti ». En deux ans, nous avons fait notre place et nous avons encore de nombreuses bonnes années devant nous. Tant que nous avons un bon esprit et une bonne santé, Dieu merci, nous pouvons notre contribution à la société québécoise qui nous a accueillis. En matière de recherche d’emploi, tant que nous acceptons les premiers mois, dans la recherche d’emploi, que nous rivalisons avec les jeunes travailleurs et les jeunes diplômés, sans complexes, il n’y a pas moins de chance si nous savons comment utiliser à bon escient notre expérience, nos compétences et, surtout, un avantage appréciable et significatif. Au Québec, le marché du travail continue de laisser une place appréciable aux travailleurs ayant une longue expérience. Les personnes âgées qui ont pris leur retraite continuent souvent de travailler pour des raisons financières ou continuent de fournir des services dans le cadre du bénévolat, véritable institution au Canada. Donc Ghislaine, vous et votre proche, si vous voulez VRAIMENT venir au Québec et, si nécessaire, accepter de vous repositionner sur le marché du travail, alors je pense vraiment que vous devriez faire le grand saut. Dans la sélection, l’âge n’est pas, pour autant que je sache, un critère knock-out.

————————

Écrit par : pieralinea 18-10 à 6:43am

L’âge n’est pas un critère d’élimination (voir échelle CSQ). Par contre, vous n’aurez pas de point supplémentaire pour votre âge. Il s’agit donc d’une compensation par rapport à d’autres critères, tels que l’expérience professionnelle, par exemple.

ARTICLES LIÉS