Assurance obsèques : pour soulager sa famille

À la pénible épreuve que représente toujours le décès d’un proche s’ajoute le coût des funérailles. Dans une telle situation, la souscription d’une assurance obsèques permet d’éviter tout souci supplémentaire à vos proches.

Qu’est-ce que l’assurance obsèques ?

La personne souscrivant une prévoyance obsèques verse des cotisations qui constituent un capital. Au moment de son décès, celui-ci sera versé au bénéficiaire du contrat.

Lire également : Quels sont les enjeux du maintien à domicile pour les seniors ?

Il peut s’agir d’un membre de la famille, d’un proche ou de toute autre personne. À tout moment, le titulaire du contrat peur d’ailleurs désigner un autre bénéficiaire.

Deux formules, deux types de contrats

Le contrat obsèques en capital

L’assuré a en effet le choix entre deux solutions. Il peut choisir un contrat en capital. Dans ce cas, le capital prévu au contrat est versé au bénéficiaire au moment du décès du souscripteur.

A lire aussi : Comment préparer un faire-part ?

Ce type de contrat n’assure donc que le financement des obsèques. Il débarrasse les proches, qui doivent déjà affronter un moment difficile, de tout souci financier.

Il faut préciser que le capital ne peut servir qu’à financer les funérailles. Seul un éventuel excédent, une fois ce financement assuré, peut être utilisé par le bénéficiaire à sa convenance.

Le contrat obsèques en prestations

L’assuré peut opter pour cette seconde formule. Comme le contrat en capital, elle prévoit le financement des obsèques. Mais elle y ajoute leur déroulement. La famille n’a donc à s’occuper de rien.

Le souscripteur constitue alors son capital auprès de l’assureur et prend contact avec un opérateur funéraire. C’est à ce dernier que l’assureur versera le capital prévu. De son côté, l’assuré choisit, avec l’agent des pompes funèbres, les prestations qui lui conviennent.

Il peut donc organiser ses obsèques dans le détail. Les prestations proposées sont nombreuses. Depuis 2013, il n’existe plus de prestations standardisées, qui limitaient un peu le choix de l’assuré. L’opérateur funéraire propose des prestations personnalisées, qui répondent mieux aux attentes des assurés.

Ils optent ainsi pour l’inhumation ou la crémation. Ils peuvent choisir le cercueil ou l’urne qui leur convient le mieux. Si la crémation est retenue, le souscripteur précise si l’urne doit être déposée dans un colombarium ou si les cendres doivent être dispersées dans un jardin du souvenir.

Certaines personnes veulent un maître de cérémonie et choisissent le nombre et la tenue des porteurs du cercueil. Bien d’autres prestations sont encore prévues, qui donnent à l’assuré l’opportunité de régler avec minutie l’organisation de ses funérailles via sa convention obsèques.

Âge et cotisations

Il existe plusieurs types de cotisations. Avant de choisir l’une d’entre elles, l’assuré doit notamment tenir compte de son âge au moment de la souscription.

S’il est encore jeune, il n’a aucun intérêt à choisir la prime viagère. Comme son nom l’indique, elle est versée jusqu’au décès du titulaire du contrat.

Ainsi, une personne souscrivant une assurance décès à l’âge de 50 ans, par exemple, risque de cotiser une somme plus importante que le capital prévu. Or, seul celui-ci sera versé au bénéficiaire.

Ce type de cotisation est donc plutôt réservé aux assurés âgés. Les plus jeunes choisiront de préférence la prime unique, qui permet de verser le capital en une seule fois, ou la prime temporaire. Dans ce cas, les cotisations sont versées sur une période définie et selon une périodicité fixée d’un commun accord entre l’assuré et l’assureur.

Des points à vérifier avant de souscrire une assurance obsèques

Avant de signer un contrat d’assurance obsèques, certains éléments sont à vérifier. Il faut s’assurer de l’existence d’un délai de carence, durant lequel les garanties ne jouent pas.

De même, la plupart des contrats prévoient des exclusions de garanties. Cela pourra être le cas, par exemple, si le décès de l’assuré est intervenu dans un contexte de guerre.

Il faut aussi vérifier que le contrat comporte une clause de revalorisation du capital. Si elle n’est pas prévue, et que les tarifs funéraires augmentent, le capital risque de ne pas couvrir tous les frais des obsèques.

Il convient encore de vérifier qu’un rachat du contrat, partiel ou total, est possible, et à quelles conditions. Le souscripteur doit également s’assurer qu’il peut, à tout moment, modifier le nom du bénéficiaire ou le montant des cotisations.

Il lui faut aussi vérifier si toutes les prestations prévues sont prises en compte par l’assureur.

ARTICLES LIÉS