Comment calculer son salaire Suisse en France ?

S’il existe un enjeu central pour ceux qui travaillent, qui vont travailler ou retournent travailler en Suisse, les résidents, les expatriés, les travailleurs transfrontaliers ou les nomades numériques, c’est évidemment celui du salaire.

Travailler en Suisse, ou retourner au travail, signifie parfois sacrifier une partie de la vie précédente (vie de famille, temps libre, amis). Il s’agit principalement de modifier votre budget. Il est important de calculer correctement votre salaire net, d’estimer votre niveau de vie et de comprendre l’évolution du marché du travail.

A lire en complément : XTB Avis : que penser du broker XTB ?

Vous êtes nombreux à avoir des questions concernant le marché du travail et les salaires en Suisse. Et pour cause, il existe de nombreuses différences entre la Suisse, les pays européens et la France . Parfois, ils sont déroutants. Nous vous proposons donc un calculateur de salaire net suisse et un bref aperçu pour choisir le bon emploi.

Le salaire minimum en Europe… pas en Suisse

En Suisse, il n’existe pas de salaire minimum unique pour l’ensemble de la Confédération .

A lire en complément : Comment calculer son droit RSA ?

Les pays européens ont introduit des salaires minima. En Allemagne, le salaire minimum est de 1 584 euros par mois. Il est passé à 9,60 euros de l’heure depuis le 1er juin 2021. En Espagne, il est de 1’108 euros. Depuis 1950, les Français ont le SMIC (salaire minimum interprofessionnel pour la croissance). Ce salaire minimum est indexé sur l’inflation , mais pas sur la croissance économique.

En moyenne, le salaire mensuel net est de 1 231€ (à l’exclusion des apprentis, des apprentis et des travailleurs temporaires) reçoivent le SMIC. Sa création visait à éliminer la pauvreté des employés qui travaillent… Au pour 35 heures par semaine. Le montant collecté varie selon le secteur d’activité et les contributions sociales correspondantes. Ce montant n’est pas suffisant pour protéger contre la pauvreté et la précarité.

SMIC suisse, pression des syndicats

En fait, les syndicats ont pris l’initiative de créer un SMIC suisse de 4 000 francs suisses pour l’ensemble de la Confédération, mais il a été massivement balayé par le peuple suisse (le souverain) en 2014.

Le syndicat UNIA a été à la base de l’initiative. Leurs craintes sont régulièrement diffusées :

  • L’appauvrissement croissant des
  • population Dumping salarial
  • Des conditions de vie difficiles pour les travailleurs précaires

Les sondages montrent que les électeurs suisses partagent ces résultats. Pourquoi ont-ils rejeté cette initiative de plus de 76 % ? Selon les analystes, ils craignaient les effets pervers de la mise en œuvre de cette bonne intention.

Cette intervention de l’État dans la relation contractuelle entre l’entreprise et ses employés a suscité des soupçons chez les Suisses. En fait, une telle démarche pourrait entraîner une réorganisation des entreprises. Les entreprises pourraient compenser les augmentations salariales en diminuant le nombre de personnes peu qualifiées.

Bien qu’il n’y ait pas de SMIC fédéral, certaines industries telles que la construction et l’hôtellerie bénéficient de toute façon d’un salaire minimum. Ceci est défini dans certains CLA (convention collective de travail).

Le site web du syndicat suisse UNIA vous permet de consulter le convention collective pour le secteur d’activité de votre entreprise. Il est recommandé de lire la convention collective de votre secteur (le cas échéant), avant de signer votre contrat de travail. Il est utile de connaître vos droits et de bien négocier.

Le salaire minimum suisse, les cantons en action !

Si l’idée d’un salaire minimum n’a pas été acceptée au niveau national, il est fort possible qu’il soit imposé progressivement au niveau cantonal.

En effet, fin 2017, les cantons de Neuchâtel et du Jura ont décidé d’appliquer un salaire minimum. En 2019, ce salaire minimum était de 20,02 francs bruts (environ 17€) par heure. Cependant, il a du mal à être mis en œuvre dans certains secteurs, tels que les taxis.

Plus tard, le Tessin a rejoint ces cantons et, plus récemment, Genève et Bâle-Ville. La mesure qui n’a pas été acceptée au niveau national semble s’établir progressivement au niveau cantonal.

Les montants et les méthodes d’application de ces salaires minimums cantonaux sont différentes. Pour le moment, il est difficile d’évaluer l’impact concret de ces initiatives. D’autant plus que les troubles liés à la Covid-19 compliquent l’analyse. À long terme, ces expériences cantonales permettront d’évaluer les effets de ces mesures sur le marché du travail. L’avenir nous dira si des salaires minimaux aussi élevés affecteront le nombre de travailleurs européens venant travailler en Suisse. Nous verrons également si les mesures de protection pour les travailleurs résidant en Suisse sont efficaces.

En effet, en 2021, le salaire minimum à Genève est de 23,14 CHF par heure, 4 512 francs bruts par mois pour 45 heures par semaine ou 3 509,56 francs bruts par mois pendant 35 heures. La différence est importante avec le SMIC français d’un montant brut de 1 554,58€. Cela justifie pleinement le franchissement quotidien d’une frontière et de quelques kilomètres de transport supplémentaires pour un travailleur transfrontalier.

Les augmentations salariales

Selon l’Office fédéral de la statistique (OFS), les salaires nominaux en 2020 ont augmenté de 0,8 pour cent par rapport à 2019. Si l’on tient compte d’une inflation de -0,7 %, les salaires réels ont augmenté de 1,5 % .

En comparaison, en 2020, l’Allemagne suit une trajectoire inverse avec une baisse du taux nominal de -0,6 % et une inflation de 0,5 %. La baisse des salaires réels allemands de -1,1 %en France ont augmenté de 1,9 %, avec une inflation de 1,1 %. L’augmentation des salaires réels serait de 0,8 pour cent en France. les salaires nominaux dans le secteur privé .

L’un de nos articles décrit l’évolution des salaires en Suisse .

Différences salariales par canton

Les salaires suisses varient en fonction du canton, du poste occupé et des qualifications.

Les cantons de Genève ont une échelle salariale similaire à celle de toute la Suisse. La situation à Bâle est proche de celle de Zurich. Les secteurs pharmaceutique et chimique sont des locomotives qui stimulent la rémunération. Le secteur financier fait de même à Zurich.

Différences salariales par secteur d’activité

En termes de salaire par sexe et groupe professionnel, les chiffres officiels les plus récents datent de 2018. Ils sont toujours très utiles pour la comparaison.

Les salaires les plus élevés se trouvent (sans surprise) dans le secteur de la banque et de l’assurance, et ceux de certaines professions informatiques, comme les développeurs.

Comparativement, les secteurs chimiques et pharmaceutiques un sésame pour obtenir un meilleur salaire. Pour que le salaire progresse dans ces professions techniques, vous devez développer votre capacité à communiquer avec vos collègues et clients. La communication avec l’ordinateur ne suffit pas.

Tenez compte des grandes disparités salariales entre les entreprises pour un même poste. dynamiques, leaders en matière d’exportation, paient également très bien leurs employés, quel que soit le niveau de qualification.

En revanche, les secteurs de la construction, de l’hôtellerie et de la vente au détail offrent les salaires les plus bas.

Les salaires des hommes et des femmes… des études mondiales alarmantes

Depuis 1981, le principe de l’égalité entre les hommes et les femmes est inscrit dans la Constitution. Ce principe constitutionnel permet aux femmes qui ont le sentiment d’avoir ceux qui ont été lésés peuvent intenter une action en justice. Toutefois, la charge de la preuve reste difficile à supporter. En fait, c’est à l’employé qui se sent lésé de prouver l’inégalité. Depuis lors, les demandes se sont poursuivies pour que cette égalité soit mise en œuvre dans la pratique.

En 1996, une nouvelle loi interdisant la discrimination fondée sur le sexe a renforcé l’arsenal juridique pour l’égalité salariale. Les plaintes qui aboutissent sont encore rares, mais elles ne sont pas inexistantes.

Selon le classement du Forum économique mondial (données de 2019), l’écart salarial entre les hommes et les femmes en Suisse reste important. Parmi les 130 pays évalués, la Suisse se classe au dixième rang. Nous devons encore aller de l’avant. En comparaison, la France est classée 12e et l’Allemagne à la 14e place.

Pour estimer les inégalités salariales en Suisse, les chiffres de l’OFS (Office fédéral de la statistique) sont préférés. En général, toutes les qualifications, activités et postes combinés, pour un emploi à temps plein, les femmes gagneraient 20 % de moins que leurs collègues masculins.

La réduction de cette inégalité mondiale serait très lente car en 2010, l’écart salarial global entre les hommes et les femmes était de 23,6 %Par conséquent, en général, dans tous les pays étudiés, le rapport estime que lorsque, avec des qualifications égales, un homme gagne 100 francs, une femme recevra 60 francs. Au rythme d’action actuel, le rapport prévoit qu’il faudra un siècle pour surmonter ces inégalités.

Les salaires des hommes et des femmes… des études plus nuancées

Cependant, le rapport Getting to Equal or Global Gender Gap attire l’attention sur l’imprécision des études menées sur les différences les salaires entre hommes et femmes. Ces études ne tiennent pas compte du temps de travail. Toutefois, de nombreuses femmes travaillent à temps partiel. Le temps de travail expliquera en partie l’écart salarial. Le travail à temps partiel ne favorise pas non plus l’accès à des emplois plus qualifiés, tels que des postes de direction ou de direction.

Lorsque nous détaillons ces inégalités par secteur économique et par niveau de diplôme, la situation semble plus nuancée.

Le magazine Social Change in Switzerland n°18 2019 estime la différence de 4 à 5 % pour les jeunes diplômés avant les interruptions de la vie professionnelle dues à la naissance d’enfants.

Dans le secteur de la construction, selon la Société suisse des ingénieurs, une architecte de 50 ans aurait un salaire moyen inférieur de 13,6 % à celui de son homologue masculin.

Dans le secteur bancaire, en 2019, l’Association des employés Le secteur bancaire estime l’écart à 23,6 % avec un écart de bonus qui dépasserait 24 % pour les cadres et 7,4 % pour les employés. Dans les banques, les montants obligataires des cadres supérieurs sont beaucoup plus élevés que ceux des cadres moyens. Pour ce revenu inégal, la différence entre les hommes et les femmes s’expliquerait en grande partie par le « plafond de verre  » qui ralentit l’avancement des femmes dans la hiérarchie bancaire.

Nous constatons qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre l’égalité salariale entre hommes et femmes. En 2019, le Conseil des États a finalement accepté un projet de loi visant à renforcer l’égalité salariale. La mobilisation s’intensifie sur cette question, qui est l’une des revendications de la grève des femmes du 14 juin 2019. Elle figurait déjà à l’ordre du jour lors de la précédente grève des femmes, le 14 juin 1991.

Salaires des hommes et les femmes, le long chemin vers l’égalité

Dès juillet 2020, une nouvelle loi sur l’égalité salariale entre hommes et femmes est entrée en vigueur. Les entreprises de plus de 100 employés devraient effectuer une analyse comparative des salaires versés pour identifier les écarts potentiels inexpliqués . Exempté de sanctions, il est difficile d’évaluer les effets incitatifs d’une telle mesure.

Les progrès et les mesures juridiques sont lents car les mesures sont compliquées. En fait, lorsque l’on essaie de comparer deux situations, elles ne sont jamais strictement équivalentes et, par conséquent, le facteur de genre est difficile à isoler.

S’il y a un domaine où l’avancement des revendications féministes est perceptible, c’est bien celui des médias. Entre les manifestations, les grèves et les phénomènes sociaux tels que #MeToo, amplifiés par les médias sociaux, les discours sur l’égalité des sexes sont omniprésents.

De nos jours, c’est principalement le domaine culturel que les luttes occupent féministes. Par exemple, la ville de Genève a changé le nom de plusieurs de ses rues au nom des femmes. Espérons toutefois que ces compromis symboliques ne compensent pas la lenteur des progrès vers une plus grande égalité.

L’écart salarial entre l’Europe et la Suisse se poursuit

Sur la base des données de l’Insee (administration française), l’écart salarial entre la Suisse et la France serait de 111 %4 735 francs, soit 4 025 euros (taux de change en mars 2018). Le salaire moyen (c’est-à-dire que la moitié des employés gagnent moins et l’autre moitié gagne plus) était de 6 210 francs. Selon l’Office fédéral de la statistique (OFS), en 2018, le salaire moyen en Suisse était d’environ par mois.

Comparer les salaires entre la Suisse et la France

Les causes cycliques de l’écart salarial entre la Suisse et la France sont la vigueur du franc suisse et le niveau des prix en Suisse. Les causes structurelles sont les suivantes : la valeur des exportations suisses, ainsi que les charges salariales et les contributions.

En fait, le renforcement du franc suisse par rapport à l’euro avec l’ abandon du « taux minimum » de 1,20 franc pour un euro en 2015, a augmenté mécaniquement la valeur en euros du salaire suisse. Cela a été un ornement pour les travailleurs transfrontaliers qui dépensent leur salaire suisse dans la zone euro.

Les employeurs suisses doivent à leurs employés une rémunération conforme au niveau de prix global élevé de la Confédération. Toutefois, les coûts et les salaires des employeurs sont moins importants pour les salaires suisses que pour les salaires français. Avec la même charge générale, l’employeur suisse peut payer un salaire plus élevé. De la part de l’employé, son salaire net est moins péjoré par les cotisations sociales.

Enfin, dans une économie ouverte telle que la Suisse, les exportations sont d’une importance capitale. Afin de préserver la rentabilité et de bien payer le travail, l’exportateur est obligé de positionner ses produits à des niveaux de prix élevés. Les exportations suisses sont donc de haute qualité et à forte valeur ajoutée.

Comment les avantages d’un salaire suisse sont-ils préservés ?

Lorsqu’il choisit un nouvel emploi en Suisse, l’employé doit penser à long terme. Il ne faut pas oublier que pour préserver le niveau de vie , il est préférable de travailler dans un secteur économique capable de maintenir des prix de vente et des bénéfices élevés. Si vous avez le choix entre deux offres d’emploi, vous pouvez également choisir la fabrication mécanique de précision plutôt que le travail de la tôle, le luxe plutôt que les saucisses, la pâtisserie plutôt que la boulangerie industrielle…

Les employés suisses ont des stratégies à court terme pour augmenter leur pouvoir d’achat. Ils deviennent des travailleurs transfrontaliers travaillant en Suisse et qui bénéficient immédiatement d’une différence de prix entre la France, où ils vivent, et la Suisse, où ils perçoivent leur salaire. Ces avantages opportunistes peuvent être amplifiés par des taux de change favorables entre l’euro et le franc suisse .

Les employés doivent également savoir que travailler et vivre à cheval dans deux pays signifie que leur salaire suisse est soumis à des restrictions qui vont au-delà de leur employeur et du marché du travail . L’activité économique internationale, les agendas politiques des partis dans chacun des pays, les syndicats, la Communauté européenne, les votes – tout cela peut affecter son emploi et son salaire.

L’écart salarial entre la Suisse et la France : le niveau de vie

augmentation du coût de la vie L’ en Suisse explique en partie l’écart salarial entre la Suisse et la France. Le prix d’un sandwich à Guéret, en Creuse, n’est pas le même que sur les rives du lac Léman…

Pour le logement, la différence de prix est très importante par rapport à celle des provinces françaises. Que vous viviez en Suisse ou à la frontière avec la France, les prix sont généralement plus élevés qu’à Paris et dans ses banlieues voisines.

Pour avoir une idée (presque fiable) de cet écart de niveau de vie, pensez à l’indice Big Mac du magazine The Economist. Depuis 1986, cet indice compare le prix du « Big Mac » dans 120 pays du monde avec une unité monétaire de base (le dollar américain sert de référence). La zone euro est de 0,77 contre 1,36 pour la Suisse… En passant, ce calcul sert également d’indicateur pour déterminer si la devise locale est surévaluée ou sous-évaluée par rapport au dollar américain.

Des cartoons salariales moins élevées 

Les coûts salariaux Suisse sont nettement inférieurs en Suisse. Pour un salaire donné, vous aurez un salaire net plus élevé (celui que vous percevez à la fin de votre fiche de paie) qu’en France.

En France, vous devez déduire environ 23 % de votre salaire brut pour obtenir une estimation de votre salaire net. C’est une approximation. Le montant exact de la réduction appliquée varie selon l’entreprise.

En Suisse, les coûts salariaux varient généralement de 10 à 15 pour cent du salaire brut.

Lors du Forum des travailleurs transfrontaliers, nous vous fournissons un wiki « Salaire brut au salaire net » pour vous aider à comprendre et anticiper les différentes contributions, en particulier le système des trois piliers, pilier de la prestation des pensions (assurance vieillesse, invalidité…).

Cotisations d’assurance maladie qui ne figurent pas sur le reçu de salaire

Veuillez noter qu’en Suisse, l’assurance maladie de base et l’assurance complémentaire seront entièrement à votre charge . Si votre entreprise ne contribue pas à la prime, vos cotisations d’assurance maladie n’apparaissent pas sur votre fiche de paie.

Par défaut, lorsque vous travaillez en Suisse, vous devez adhérer au plan d’assurance maladie Swiss LaMAL. Ce plan vous donne accès au système de santé suisse.

Si vous êtes expatrié, vous pouvez conserver votre assurance internationale. Vous devez ensuite demander une exemption de l’obligation d’assurance maladie. Helvicare peut vous aider tout au long du processus .

Si vous êtes un travailleur transfrontalier, vous pouvez choisir entre adhérer au régime suisse (nous parlons de la frontière LaMAL, c’est-à-dire le régime standard pour ceux qui travaillent en Suisse) ou adhérer au régime français (nous parlons de CMU transfrontalière droit d’option). Ce choix (nous parlons de ) est obligatoire et fondamental. Si vous n’exercez pas votre droit d’option dans les 3 mois, vous êtes considéré comme étant en retard et vous courez de nombreux risques. Une fois que vous aurez fait ce choix, vous ne pourrez plus le modifier. Le site Helvicare explique en détail comment bien s’assurer et les étapes à suivre.

Calculez votre salaire net

Pour estimer rapidement votre salaire net en Suisse, nous avons créé un calculateur.

Entrez votre salaire mensuel brut (celui qui vous a été communiqué par votre futur employeur) et saisissez votre âge. Le salaire mensuel sera calculé.

Attention, si vous avez un treizième mois, des bonus ou rémunération variable, ajoutez ces montants dans « Divers » !

  • Vous pouvez également accéder directement à la calculatrice
  • Vous pouvez télécharger la version « Open Office » de la calculatrice
  • Vous pouvez également télécharger la version « Excel » de la calculatrice

Évaluez et comparez votre salaire

Les outils peuvent vous aider à évaluer si la proposition salariale qui vous est envoyée est pertinente ou si votre salaire actuel correspond à la réalité du marché du travail. Vous pouvez donc mieux négocier .

Ils sont basés sur des enquêtes périodiques menées par l’OFS (Office fédéral de la statistique). Attention cependant, ces calculatrices semblent optimistes. Les secteurs qui ont connu une baisse significative des salaires d’embauche continuent d’enregistrer des salaires élevés.

Par exemple, dans le secteur informatique, les professionnels de l’informatique se sont chargés de missions avec les clients des entreprises de services ont vu leurs salaires contractuels chuter de façon spectaculaire. Lorsque les contrats de vos anciens collègues ne sont pas renégociés, le salaire moyen apparaît plus élevé que celui qui sera offert aux nouveaux employés

À ce sujet, consultez notre article Tendances salariales en Suisse.

  • le calculateur de salaire OFS. Il vous permet de calculer le salaire mensuel brut pour un travail spécifique (canton, secteur d’activité) et pour les caractéristiques individuelles (âge, formation, années de service ou expérience )
  • le calculateur de salaire de l’Union Syndicale Suisse. Calculez le salaire habituel des personnes ayant les mêmes activités et qualifications que vous dans toute la Suisse
  • d’autres calculatrices sont spécifiques au canton : Vaud, Fribourg, Neuchâtel, Genève

Changer les francs suisses en euros au meilleur taux de change

Si le calcul du salaire net en suisse doit impérativement être réalisé pour estimer son niveau de vie, il est aussi essentiel de trouver le meilleur taux de change pour convertir ses francs suisses en euros. Découvrez alors Telexoo : ce convertisseur vous propose le meilleur taux de change. Il existe aussi plusieurs lieux possibles pour changer vos francs suisses en euros : pour les découvrir, consultez le site GreenJee.

Choisir la meilleure méthode de conversion

De nombreux travailleurs français décident d’exercer leur métier en Suisse : le cours des devises doit donc être maîtrisé. Plusieurs méthodes de conversion sont possibles, mais il est primordial de choisir la plus adaptée à votre situation. Ce choix se divise en plusieurs étapes : la première étant de connaître le coût des opérations de change entre ces deux monnaies. Avant d’effectuer la conversion, il est préférable d’utiliser un convertisseur de devises en ligne, comme le propose le site Telexoo. Les convertisseurs en ligne affichent une valeur représentant la somme normalement récupérée suite à la conversion.

Pourtant, la valeur affichée n’est souvent pas la valeur reçue. Cette différence s’explique par la variation perpétuelle du cours des monnaies. Pour profiter du meilleur taux de change, il est préférable de comparer la somme proposée dans une officine de change à la somme estimée par un convertisseur en ligne. Il est tout à fait convenable de demander une explication sur les frais. Enfin, il vaut mieux éviter les bureaux de change indiquant « zéro commission ».

Quels sont les points à connaître avant de passer à la conversion de votre argent ?

Pour profiter du meilleur taux de change lors de votre conversion, il vaut mieux être patient. Il vaut mieux éviter de se rendre dans le premier bureau de change aperçu et de réfléchir à ces différentes questions : Cette agence me propose-t-elle un reçu mentionnant le taux de change ? Est-elle sécurisée ? Combien de temps prendra la transaction ?

Où changer ses francs suisses en euros ?

Plusieurs possibilités s’offrent donc à vous pour changer vos francs suisses en euros. Il est, par exemple, possible d’effectuer cette transaction à la Poste si vous disposez d’un compte dans une poste suisse. Le prix de revient est élevé, mais cette solution est certainement la plus sécurisée. Les banques sont également en mesure de changer vos francs suisses, tout comme les agences ou bureau de change.

ARTICLES LIÉS