Défiscaliser dans la pierre : est-ce le bon moment ?

L’investissement immobilier a toujours été perçu comme une valeur sûre par de nombreux Français. Toutefois, la situation économique actuelle et les évolutions législatives récentes suscitent des interrogations quant à la pertinence de défiscaliser dans la pierre aujourd’hui. Ici, nous nous proposons d’explorer les avantages et les inconvénients de cette stratégie, tout en tenant compte des variables économiques et fiscales contemporaines.

Les avantages de la défiscalisation immobilière aujourd’hui

L’investissement immobilier présente de nombreux atouts, lesquels rendent cette stratégie attrayante pour divers profils d’investisseurs en ce moment.

A voir aussi : Marché de l'immobilier 2022 : tendances et évolution des prix

Diversification patrimoniale

L’immobilier représente un actif tangible qui présente une sécurité et une stabilité généralement supérieures à celles des placements financiers. À travers l’investissement dans la pierre, les épargnants diversifient leur portefeuille, ce qui permet de répartir les risques. Contrairement aux actions ou aux obligations, les biens immobiliers sont moins sujets aux fluctuations du marché.

Bien entendu, la diversification est particulièrement importante en période d’incertitude économique, car elle protège le patrimoine des investisseurs contre la volatilité des marchés financiers.

A lire aussi : Comment choisir le type de SCPI pour bien investir ?

Dispositifs fiscaux attractifs

La France propose divers dispositifs de défiscalisation immobilière qui assurent de bénéficier de réductions d’impôts substantielles. Ces mécanismes sont conçus pour encourager l’investissement dans des secteurs stratégiques tels que le logement locatif ou la rénovation de patrimoine historique.

  • La loi Pinel : ce dispositif permet aux investisseurs d’acheter un logement neuf ou en état futur d’achèvement (VEFA) et de bénéficier d’une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 21 % du montant de l’investissement, étalée sur 12 ans. En contrepartie, le bien doit être mis en location pour une durée minimale de 6, 9 ou 12 ans, à des loyers plafonnés.
  • Le dispositif Malraux : il s’adresse aux investisseurs souhaitant restaurer des immeubles situés dans des secteurs sauvegardés ou des zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP). La réduction d’impôt peut atteindre 30 % des dépenses engagées pour les travaux de rénovation.
  • Le régime du déficit foncier : ce mécanisme permet de déduire des revenus fonciers les charges liées à l’entretien, la réparation et l’amélioration du bien immobilier. Lorsque les charges dépassent les revenus fonciers, le déficit est imputé sur le revenu global dans la limite de 10 700 euros par an.

Ces dispositifs sont particulièrement attractifs pour les contribuables ayant une fiscalité élevée, car ils offrent des opportunités significatives de réduction d’impôt.

Revenu complémentaire à long terme

L’investissement immobilier locatif génère des revenus réguliers sous forme de loyers. Ces derniers sont susceptibles de constituer une source de revenus complémentaire qui peut être utilisée pour améliorer le quotidien, préparer la retraite ou réinvestir dans d’autres projets. L’immobilier est perçu comme un moyen de sécuriser son avenir financier, car les loyers perçus contribuent à compenser la baisse de revenus à la retraite.

De surcroît, avec une gestion locative adéquate, les biens immobiliers prennent souvent de la valeur au fil du temps. La valorisation permet maintenant aux investisseurs de réaliser des plus-values importantes lors de la revente du bien.

Protection contre l’inflation

Pour finir, investir dans l’ancien est également considéré comme une protection efficace contre l’inflation. En effet, les loyers et la valeur des biens immobiliers tendent à augmenter avec l’inflation. Conséquence, en tant qu’investisseur, vous arrivez à préserver votre pouvoir d’achat.

En période de hausse des prix, les revenus locatifs et la valorisation des biens fournissent une forme de sécurité financière que d’autres types d’investissements peuvent ne pas garantir.

Les inconvénients et risques associés

Au nombre des inconvénients associés à la défiscalisation dans la pierre, il y a les contraintes de la gestion locative. Effectivement, investir dans l’immobilier locatif implique de gérer des biens et des locataires. Un exercice qui s’avère fastidieux et chronophage, surtout en cas de problèmes locatifs, notamment des impayés ou des dégradations. Par conséquent, il est recommandé de bien évaluer vos capacités de gestion ou de recourir à un gestionnaire de biens, ce qui représente un coût supplémentaire.

D’un autre côté, les dispositifs de défiscalisation sont généralement soumis à des modifications législatives. Les changements de réglementation peuvent impacter la rentabilité des investissements et la stabilité des avantages fiscaux. Vous êtes alors tenu de rester informé des évolutions fiscales et de consulter des experts avant de vous lancer.

ARTICLES LIÉS