Contre-visite médicale : tout ce qu’il faut savoir

contre-visite médicale

Les chiffres concernant les absences des employés dans les entreprises ont explosé ces dernières années. Ces absences abusives ne peuvent avoir qu’un impact négatif sur leur productivité. Pour avoir le cœur net et ne pas verser inutilement les indemnités, les entreprises font passer un examen aux employés. Il s’agit de la contre-visite médicale. Voici un aperçu sur cette notion importante.

Qu’est-ce qu’une contre-visite médicale ?

Une contre-visite médicale est une opération au cours de laquelle un employeur délègue un médecin pour confirmer ou non l’incapacité d’un salarié à reprendre le travail. Cette pratique est née suite à l’officialisation en 1978 de la Loi de Mensualisation.

A lire en complément : Comment choisir un liquide électronique ? (e-liquide)

En réalité, l’employeur a le droit de réaliser cet examen lorsque le salarié perçoit un dédommagement chaque jour alors qu’il est en arrêt maladie. Pour en savoir plus, vous pouvez vous renseigner sur les cabinets qui réalisent des expertises dans ce cadre.

Comment se déroule une contre-visite médicale ?

La réalisation d’une contre-visite médicale est faite par un médecin mandaté par l’employeur. Elle a lieu au domicile de l’employé en dehors des heures de « sorties libres ». Celui-ci n’est pas obligé d’être mis au courant du passage du médecin contrôleur.

A lire en complément : Quelle fleur de CBD choisissez-vous ?

Une contre-visite médicale étant obligatoire, un employé qui est concerné ne peut s’y opposer. Une fois au domicile, le médecin effectuera le contrôle en analysant :

  • les résultats des examens ;
  • les ordonnances ;
  • les radiographies ;
  • le dossier médical.

À la fin, le contrôleur devra retourner dans son cabinet où il fera un rapport destiné à l’employeur.

Quelles sont les conséquences d’une contre-visite médicale ?

Les conséquences de l’examen varient selon le verdict annoncé par le médecin-contrôleur dans son rapport.

Le contrôleur peut déclarer le salarié incapable de reprendre le service. Sur ce, l’employeur n’a aucune raison d’arrêter le versement des indemnités journalières. Il peut également arriver que l’arrêt maladie soit prolonger l’arrêt par le médecin.

Le résultat peut également mentionner un arrêt injustifié. Dans ce cas, le médecin tient au courant la CPAM ainsi que l’employeur. Celui-ci en toute logique suspend les versements. Cependant, il ne peut exiger la reprise automatique du travail par le présumé malade.

En quoi une contre-visite médicale est-elle utile pour un employeur ?

L’adoption d’une contre-visite médicale dans les entreprises a pour but de réduire le taux d’absences abusif des travailleurs. Cet examen sert de mise en garde pour tout employé qui souhaiterait simuler une maladie pour ne pas remplir ses responsabilités. Par ailleurs, le rapport fourni par le contrôleur va permettre à l’employeur d’organiser les travailleurs présents pour un meilleur rendement.

ARTICLES LIÉS