Aperçu sur le marché de la platerie

De plus en plus utilisé dans les chantiers du bâtiment, le placo fait vivre de nombreux artisans. Le marché est soutenu avec une estimation d’un million de chantiers, neufs ou des cas de rénovation, ouvert par an dont 99% font appel aux services d’une entreprise de plaquiste. L’accroissement de la demande a aussi favorisé la diversification des usages liés au plâtre. Ceci a ouvert de nouvelles perspectives professionnelles pour les plaquistes-plâtriers.

Qu’est-ce qu’un artisan plaquiste ?

Par définition, le plâtrier-plaquiste est un professionnel qui intervient après le passage du maçon dans le but de lisser et plâtrer les surfaces, plafonds et murs. Son rôle dans le chantier consiste à appliquer le plâtre sur la maçonnerie à l’aide d’une taloche ou d’une truelle. Il doit aussi poser les isolations acoustiques ou thermiques, monter les cloisons en briques plâtriers, faire les joints sur plaques de plâtres et poser des décors de plâtres.

A lire également : Éclairage sur l'art de la présentation : Découvrez des exemples de CV convaincants

Comment doit être un bon plaquiste ?

Un bon plaquiste plâtrier doit être en mesure de proposer des solutions adaptées à la demande de ses clients particuliers ou professionnels tout en coordonnant avec les autres professionnels du bâtiment. Au-delà des connaissances techniques, le plâtrier est donc une personne qui doit s’adapter à l’usage de plusieurs matériaux et techniques.

C’est un artiste, et en tant que tel, il doit faire preuve de créativité et de maîtrise des styles architecturaux et artistiques. Outre ceci, il faut respecter les cahiers de charges des chantiers et des normes de sécurité afin d’exceller dans ce domaine. La polyvalence technique est aussi de mise car un bon plaquiste est celui aussi qui sait reconnaître les bases de l’électricité, l’isolation et l’étanchéité.

A découvrir également : Les erreurs à éviter lorsqu'on crée son agence web

Les différents domaines d’intervention

Le marché de la platerie est dominé par les petites et les très petites entreprises qui représentent près de 80% des intervenants sur le marché. Les différents segments qu’on peut dénombrer sont : le marché de la construction de bâtiments neufs qui avait été bien frappé par la crise économique survenue en 2008. Cependant, aujourd’hui il reprend plus de vigueur. Il y a aussi le marché de la rénovation qui se maintient lui à un niveau stable. Par ailleurs, il y a le marché des particuliers qui comporte des tendances bien porteuses comme la rénovation de bâtiments anciens, la rénovation technique, la réfection des plafonds en vue d’un changement d’éclairage et la décoration d’intérieur.

Les outils et matériaux indispensables pour la platerie

Pour exercer le métier de plâtrier, vous devez porter des équipements de protection individuelle : un casque, des lunettes, des gants et des bottines pour prévenir tout risque d’accident sur le chantier.

Vient ensuite l’outillage manuel composé de spatules en acier inoxydable pour la pose et le lissage du plâtre, de couteaux à enduire pour la finition des angles et des coins, ainsi que des rifloirs pour poncer les surfaces une fois sèches. Ces outils doivent être choisis avec soin car ils peuvent avoir un impact direct sur le rendu final.

Les machines électriques, telles que les malaxeurs, permettent quant à elles un gain considérable en temps et en efficacité pendant la préparation du mélange. Il existe aussi des machines à projeter utilisées lorsque le chantier nécessite une grande surface à couvrir rapidement.

Le choix des matériaux est tout aussi important dans ce domaine. Le plâtre traditionnel reste encore aujourd’hui l’un des plus utilisés, mais il peut être remplacé par d’autres types tels que le plâtre hydrofugé ou celui renforcé aux fibres végétales, qui apporte une meilleure résistance mécanique.

Le BA13 (plaque de plâtre) s’est généralisé ces dernières années, même si certains artisans continuent toujours d’utiliser les méthodes traditionnelles comme celle consistant à poser un treillis métallique avant l’application du mortier.

Bien choisir ses outils et ses matériaux est primordial dans ce métier exigeant qu’est la plâtrerie. Cela permettra d’obtenir des finitions de qualité et une satisfaction clientèle optimale.

Les étapes clés d’une intervention en platerie réussie

La réussite d’une intervention en plâtrerie passe par plusieurs étapes clés. La première est la préparation du chantier. Il faut s’assurer que l’espace soit propre et dégagé de tout obstacle pour pouvoir travailler confortablement. Il peut être nécessaire aussi de protéger les sols, les murs et le mobilier afin d’éviter tout éclaboussement ou projection de plâtre.

Vient l’étape cruciale du mélange des matériaux. Bien doser l’eau et le plâtre, puis bien malaxer jusqu’à obtenir un mélange homogène est essentiel pour avoir une bonne texture lors de l’application sur les surfaces à enduire.

La pose du plâtre est ensuite effectuée avec minutie. Cette étape demande un savoir-faire particulier car la qualité du travail sera directement visible sur le rendu final. Les gestes doivent être précis et réguliers pour éviter toute irrégularité dans la pose.

Il faut lisser les aspérités ou les imperfections à l’aide d’un rifloir, afin de lisser parfaitement la surface.

Le dernier point important concerne la phase finale : la finition. C’est là où intervient tout le talent du professionnel qui devra apporter un aspect visuel impeccable aux surfaces traitées en fonction des attentes spécifiques du client : matériau brut ou lisse, aspect de marbre ou rustique…

La réalisation d’une intervention réussie en plâtrerie passe par le respect des différentes étapes clés qui la composent. Une fois que ces dernières ont été effectuées avec rigueur et précision, il est certain que le client sera satisfait du résultat final obtenu.

ARTICLES LIÉS