Acquisition d’entreprise : comment procéder ?

Acquisition d'entreprise comment procéder

Acquérir une entreprise n’est pas un acte foncièrement concurrentiel, mais il vise surtout à peaufiner une stratégie incontournable pour obtenir un levier de croissance performante pour l’acquéreur. Pour reprendre une entreprise, il est nécessaire que les deux parties soient d’accord sur un certain nombre de clauses signées après des négociations.

Il y a un processus assez simple qui conduit à l’acquisition d’une entreprise. Du ciblage de l’entreprise à acquérir jusqu’à la signature des actes définitifs, les étapes pour acquérir une entreprise sont multiples et bien exposées dans ce billet.

A lire également : Combien de temps pour miner un ether ?

Définir et mettre en place un projet d’acquisition d’entreprise

Pour se lancer dans le rachat d’une entreprise, l’acquéreur a des tâches et des étapes à franchir. Pour commencer, il doit bien définir les objectifs de cette acquisition afin de mettre en place convenablement un projet d’acquisition de l’entreprise à reprendre.

Vous devez connaître le but de ce type d’acquisition. Soit c’est pour acquérir des parts sur un marché, soit c’est pour diversifier dans des activités connexes ; la raison est variable selon chaque acquéreur. Le projet d’acquisition d’entreprise doit statuer sur les buts, sur un calendrier des opérations, le budget d’achat et le profil de l’entreprise à acheter.

A lire en complément : Pourquoi avoir un blog entreprise ?

La recherche et le ciblage de l’entreprise à reprendre

Dès que le projet d’acquisition d’entreprise est bien élaboré, l’acquéreur est chargé de rechercher et de cibler le bien. Pour trouver rapidement une entreprise à reprendre, vous pouvez avoir recours à votre réseau ou votre écosystème. Il est également recommandé de prêter une grande attention aux recommandations et de consulter les annonces de cession d’entreprise disponibles.

L’approche de l’entreprise et la lancée des négociations

d'entreprise comment procéder

Lorsque l’entreprise à racheter et reprendre est identifiée et ciblée, l’acquéreur doit entrer en contact avec les dirigeants ou les associés de la société pour commencer les négociations. Il est préférable que vous ayez recours aux services d’un professionnel en finance et en justice pour mieux présenter votre projet et analyser l’offre proposée.

À cette approche succédera une longue période de négociation afin que le vendeur et l’acheteur puissent trouver un terrain d’entente. Les clauses de ces négociations sont généralement en rapport avec les garanties de l’offre, les modalités de paiement, le financement et bien d’autres aspects importants. Une fois ces négociations effectuées et acceptées, il faut passer à la rédaction de la lettre d’intention.

La rédaction de la lettre d’intention pour formaliser l’offre d’achat conclu

La lettre d’intention aussi dénommée LOI, est une formalité écrite qui atteste de l’intention des deux parties à effectuer l’acquisition de l’entreprise dans les termes prévus par le contrat. La lettre d’intention n’est en aucun cas une lettre d’engagement, mais est utilisée pour fixer les termes de l’accord.

En raison de son importance, la LOI doit comporter certaines mentions essentielles ainsi que deux clauses primordiales (une clause de confidentialité et une clause d’exclusivité).

La réalisation d’une procédure de démarche administrative pour rédiger l’acte de cession

Pour pouvoir s’assurer de la valeur du bien à acquérir, un audit d’acquisition est réalisé puis est suivi par la rédaction et la signature d’une garantie d’actif et de passif. Ces diverses procédures sont réalisées dans un cadre administratif avant que la cession ne soit matérialisée par un acte. Cette démarche favorise le transfert des titres pour une acquisition réelle de l’entreprise.

ARTICLES LIÉS