Comment lancer son entreprise ?

Il y a déjà quelque temps que vous avez mûri ce projet de vous lancer dans l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, vous êtes fin prêt à faire de ce projet une réalité. Vous avez déjà fait quelques tours d’horizon sur les façons de faire mais vous recherchez un guide qui vous montre le chemin étape par étape ? Vous êtes au bon endroit. Cet article va vous expliquer comment créer votre entreprise dès la recherche de l’idée jusqu’au dépôt du dossier de constitution en passant par la vérification de votre nom d’entreprise.

L’idée géniale

La réponse à la question  « comment créer une entreprise » part forcément d’une idée, « votre » idée. Alors, bien loin de la super intuition qui fait rêver dans les success stories qui font fureur sur internet (même si oui, il y a parfois des exceptions), se lancer dans l’entrepreneuriat nécessite du temps et beaucoup de travail en amont.

Lire également : Quel hébergeur de site internet choisir pour son activité ?

Trouver l’idée

Encore une fois, trouver une idée d’entreprise ne se fait pas en un claquement de doigts. Et contrairement aux idées reçues, une idée géniale n’a pas forcément besoin d’être hyper originale, innovante, révolutionnaire, 2.0 et tutti quanti. Bien évidemment si c’est le cas, c’est tant mieux. Mais pour ceux qui hésitent et qui ont peur que l’idée ne soit « pas assez géniale », vous devez savoir que la seule condition pour valider votre idée est : « elle doit répondre à un besoin qui existe ».

Comment parvenir à trouver ce genre d’idée ? Restez attentif à votre quotidien : tous les petits problèmes qui ont besoin d’être résolus, tous ces moments où vous vous dites « j’aimerais qu’il y existe un outil pour me simplifier la tâche. En creusant par là, vous l’aurez votre idée géniale. D’ailleurs, dans cette continuité, votre idée doit être apte à créer de la valeur pour les futurs utilisateurs : gain de temps, d’énergie, repos ou divertissement…

Lire également : Pourquoi domicilier votre entreprise ?

Tester l’idée

Une fois que vous avez mis le doigt sur votre idée géniale, il faudra la tester pour vérifier si le besoin existe vraiment. Ici, c’est le moment de jouer les enquêteurs et de voir auprès d’un échantillon de personnes qui pourraient devenir de potentiels clients la pertinence de votre idée. Mais attention ! Il n’est possible de protéger une idée légalement que lorsqu’elle est concrétisée donc vous devez veillez à en dire le moins possible pendant cette phase de test.

L’utilisation de méthodes telles que le « Proof of Concept » ou le « Minimum Viable product peuvent vous aider à atteindre vos objectifs. En effet, grâce à ces méthodes, vous pourrez voir quelles caractéristiques de votre projet plaît et quels aspects sont à améliorer.

Etudier le marché

L’étude de marché est une étude de l’offre et de la demande qui existe sur le marché. Elle va vous permettre, dans un premier temps, de définir les caractéristiques de votre clientèle cible : qui sont-ils ? Homme, femme ou autre ? quels sont leurs habitudes d’achat ? Dans un second temps, elle va vous permettre d’évaluer l’état du marché : y a-t-il une offre similaire ? Comment est la concurrence ? Quelles sont leur stratégie ? …

Le projet d’entreprise

Une fois que vous avez réalisé ce travail en amont, vous pouvez vous lancer dans votre projet d’entreprise c’est-à-dire la rédaction de votre business plan. Ce document va vous permettre de vraiment concrétiser votre idée et de définir une stratégie pour la vendre, notamment auprès de potentiels investisseurs.

Choisir le nom

La concrétisation de votre idée passe en tout premier lieu par le choix d’un nom pour votre entreprise mais aussi pour votre marque. Peut-être que vous avez déjà un nom en tête mais dans tous les cas, vous devez vérifier que cette dénomination fait partie des nom d’entreprise disponible.

Cette démarche est essentielle car elle vous protège d’un éventuel litige avec une entreprise du même nom. En outre, en vous assurant d’être le seul propriétaire d’un nom, vous pouvez à votre tour protéger votre marque auprès de l’INPI (en plus de la protection fournie par l’inscription au RCS).

Comment vérifier que ce nom d’entreprise est disponible ? Il y a deux étapes à respecter :

  • Etape n°1 : Réaliser une recherche d’antériorité c’est-à-dire que le nom n’existe pas. Dans ce cas, vous avez le choix entre une recherche à l’identique ou une recherche de similarités. En effet, il se peut qu’une orthographe ou une phonétique très proche nuise à vos projets.
  • Etape n°2 : s’il existe à l’identique ou qu’un nom présente des similarités avec lui, vérifier que la marque ne cible pas les mêmes clients ni la même zone géographique ou n’exerce pas la même activité que vous.

Vous pouvez utiliser des outils mis en place par des plateformes en ligne pour vous faciliter la tâche.

Choisir le statut

Une fois que vous avez pu choisir votre nom, il est temps de choisir le statut juridique pour la création de votre entreprise. Pour ce faire, vous devez d’abord vous décider sur le fait d’entreprendre seul ou à plusieurs. En effet, que ce soit au niveau des démarches de création, du fonctionnement de l’entreprise à la fiscalité, ce choix est crucial.

En entreprenant seul, vous pouvez opter pour le statut d’auto-entrepreneur mais aussi créer une société sous une forme unipersonnelle comme l’EURL ou la SASU. Si vous décidez d’entreprendre à plusieurs puisque vous avez des amis avec qui vous avez trouvé l’idée, des partenaires financiers qui souhaitent investir dans votre projet ou autres, vous pouvez opter pour la création d’une société commerciale (SAS, SARL ou SCI).

Rédiger le Business Plan

Une fois ces détails (d’une grande importance !) fignolés, il est maintenant temps de passer à la rédaction proprement dite du Business Plan. Ce document sera la représentation de votre future entreprise, elle doit alors correspondre à l’image que vous voulez en avoir c’est-à-dire une entreprise florissante avec un projet réaliste et rentable.

Votre business plan doit présenter :

  • En tout premier lieu les aspects techniques du projet : quels produits ? quelle activité ? Quelles sont les ressources matérielles et humaines utilisées pour la vente ? Sur ce dernier point, vous devez mettre un point d’honneur à la présentation de votre équipe pour prouver aux interlocuteurs la stabilité de votre structure. En effet, ce sont vos compétences rassemblées qui vont créer la synergie pour que ça marche.
  • En deuxième lieu, il va présenter l’ensemble de votre stratégie sur le plan marketing et commercial dès comment se fait l’acquisition des clients ? les canaux de distribution ? Les stratégies de communication ? Elle va permettre d’avoir une vision globale de ce que vous comptez mettre en place pour atteindre vos objectifs de vente.
  • Enfin, il va se concentrer sur la partie financière. Cette partie est très importante pour l’investisseur (autant que les deux précédentes !) car elle présente tous les indicateurs clés qui assurent la pérennité de l’entreprise notamment avec les chiffres prévisionnels. Ils doivent voir dès le premier coup d’œil que l’entreprise est

Le financement du projet d’entreprise

Un des points les plus cités (si ce n’est le plus cité !) comme frein à la création d’entreprise est l’accessibilité au capital, le manque de fonds, etc. Et pourtant dès que vous êtes convaincu par votre business plan, vous ne devriez plus avoir de craintes, vous allez réussir à financer ce projet.

Fonds propres ou financement externe ?

Si vous disposez d’assez de fonds propres pour financer votre projet, c’est déjà un excellent départ. Mais vous devez savoir qu’il est toujours (financièrement) plus sain de requérir à une part de financement externe notamment d’emprunt bancaire pour bénéficier d’un effet de levier intéressant pour votre entreprise notamment en termes de trésorerie.

Une constitution de capital grâce à une levée de fonds peut être intéressante pour un projet d’envergure. L’inconvénient de cette méthode est une dilution du capital c’est-à-dire que vous pouvez perdre le pouvoir sur votre propre entreprise. L’emprunt permet de rester maître à bord mais dans ce cas, vous devez vous engager à rembourser le montant en capital ainsi que les intérêts.

Bénéficier des aides à la création d’entreprise

Un autre frein à la création d’entreprise est la peur de l’échec et de se retrouver dans une situation de précarité pendant toute la phase de lancement.

Et pourtant, pour vous encourager à créer une entreprise, l’Etat français a mis en place un bon nombre de dispositifs tels que le maintien de vos allocations chômages grâce à l’ARE, l’allègement de vos charges sociales grâce à l’ACRE, un versement en capital de votre reliquat d’allocation chômage grâce à l’ARCE, des allègements fiscaux avec le Crédit d’Impôt Recherche et le Jeune Entreprise Innovante, la loi Pinel pour le secteur de l’immobilier, etc. Il vous suffit de faire les démarches auprès de l’organisme auquel vous êtes affilié (Pôle Emploi par exemple) pour voir à quelle aide vous pouvez prétendre.

Les démarches de constitution

Une fois que vous avez trouvé le moyen de financer votre entreprise, il ne vous reste plus qu’à effectuer les démarches de constitution auprès de l’administration. Ces démarches vont être différentes pour une entreprise individuelle et pour une entreprise sociétaire.

Elles sont notamment simplifiées pour une auto-entreprise car il suffit de s’enregistrer au CFE. La démarche est plus longue et complexe pour la création d’une société commerciale car il faut passer par la rédaction des statuts, le dépôt du capital par les associés, les obligations de publications et enfin le dépôt du dossier au greffe du Tribunal de Commerce.

ARTICLES LIÉS